Cliquez ici pour revenir au menu

25/06/2003 - Romania Libera

400.000 euro pour le centre de placement Sainte-Marie

Une dernière étude sur la protection des enfants de Roumanie, faite par l’Institut National de la Statistique, montre que le nombre d’enfants en centres de placement s’approche de 50 000.

Le nombre moyen d’enfants dans une institution est de 53. Bucarest détient le record du plus grand nombre d’institutions de protection de l’enfant : 3874. L’étude montre que, pour 93% de tous les enfants se trouvant dans ces centres de placement, il n’y a pas de consentement des parents à l’adoption, ce qui est une chose très grave. Les parents se montrent encore une fois irresponsables par leur attitude, laissant les petits en institution. Pour tous, cette vie en centre de placement est un standard.

De nombreuses maisons d’enfants ont subi une réfection. Ainsi le centre « Sainte-Marie ». Ici, la Fondation « Robin des Bois » a réalisé un plan de reconstruction qui correspond à un investissement de 400 000 euros. Le projet comprend la rénovation des dortoirs, de la cuisine, de la salle à manger, des installations sanitaires, de la laverie et du sous-sol.

A ce jour, les conditions sanitaires ont déjà été améliorées : remplacement des installations et éléments sanitaires (cuvettes, douches, plomberie), revêtement de mur imperméable, fenêtres et portes isolées thermiquement, carrelage céramique et faïence.

« La rénovation du centre de placement est faite par Robin des Bois en collaboration avec la fondation allemande « Les Enfants de Phum-Phui », et grâce à l’aide accordée, nous espérons que la vie des petits s’améliorera. Les orphelins d’ici ont bénéficié d’aide en ce qui concerne les fournitures scolaires et la literie.

« Pour le début de la prochaine année scolaire, nous espérons refaire aussi les dortoirs », nous a dit Niles Schnecker, président de la Fondation « Robin des Bois ». A Sainte-Marie, il y a 165 orphelins, agés de un mois à 11 ans. « Beaucoup des petits de la pouponnière sont trouvés dans la rue.

Leurs parents les y laissent intentionnellement pourqu’ensuite on s’intéresse à eux. Souvent nous ne savons ni leur nom ni leur âge et nous appelons la Police à l’aide » nous a dit Ioana Stoicescu, directrice du centre de placement. 30 de ces enfants sont très petits, ils ont moins d’un an. Ils ont besoin de beaucoup d’attention parce que leur développement ultérieur dépend de la façon dont ils grandissent à cet âge.

Mais non seulement on s’occupe ici comme il faut des petits, mais aussi de tous les enfants placés dans cette institution. « L’aide venue de la part des allemands nous est très utile. L’argent n’arrive pas toujours pour permettre l’entretien des bâtiments, mais nous les réparons quand même ! », nous a encore dit Madame Stoicescu.

Cliquez ici pour revenir au menu