Cliquez ici pour revenir au menu

03/06/2003 - ZIAU

C’est moi qui t’ai fait, c’est moi qui te rejette

Les parents s’opposent à l’adoption de leurs propres enfants abandonnés

Selon le dernier « recensement », l’état prend soin de 49484 enfants ou adolescents.

Dans 93,5% des cas, les « papas et mamans » ne donnent pas leur consentement pour que leurs rejetons aient une famille.

Plus de la moitié des enfants confiés aux institutions ont été totlement abandonnés par leur famille, qui ne maintient aucun lien avec eux, rapporte Mediafax. En plus de cela, la plupart des parents d’enfants placés ne sont pas d’accord avec le fait que les mineurs soient donnés en adoption, relève un recensement rendu public hier.

Selon les données comprises dans le « Recensement des Enfants Protégés », réalisé par l’Institut National de la Statistique (INS), il existe en Roumanie 49484 enfants ou adolescents en difficulté que l’état prend en charge.

Ce recensement relève que environ la moitié des enfants protégés n’ont pas eu de relation avec leurs parents ou une autre partie de leur famille depuis 6 mois. Malgré cela, pour 93,5% de tous ces enfants, il n’existe pas de consentement à l’adoption de la part de leurs parents.

« Actuellement, le système d’adoption prévoit qu’il y ait accord des parents, qu’il y ait une décision de justice pour qu’un mineur soit intégré dans une famille. Le grand nombre de parents qui refusent l’adoption – de façon justifiée ou pas – impose une nouvelle approche du projet de loi concernant la protection de l’enfant. La législation doit protéger l’intérêt de l’enfant en premier lieu », a déclaré la Secrétaire d’etat Gabriela Coman, chef de l’Autorité Nationale pour la Protection de l’Enfant et l’Adoption (ANPCA). (C.P.)

L’angleterre nous demande des orphelins

Le problème de l’adoption par des étrangers d’enfants roumains a retenu ces derniers jours l’attention de la presse anglaise, la plupart des publications racontant que de nombreuses familles britanniques espèrent adopter des petits roumains une fois levé le moratoire imposé sur les adoptions internationales, nous informe Mediafax. Scotland on Sunday cite le Ministre Serban Mihailescu, chef du SGG, faisant référence à la nouvelle loi en cours d’élaboration qui inclut aussi un paragraphe sur les adoptions.

Ce paragraphe répondra aux demandes de l’Union Européenne, et les adoptions internationales reprendront avant la fin de l’année, une fois que le projet de loi sera approuvé. Il y a une semaine, Mihailescu a annoncé qu’a été finalisé un projet de loi qui concerne l’adoption d’enfants par des jeunes couples roumains. « Les jeunes couples qui, pour de nombreuses raisons, ne peuvent avoir des enfants auront accès à l’adoption et en plus seront inscrits en priorité au programme d’attribution d’un logement », a expliqué le chef du SGG.

Scotland on Sunday rappelle que, selon les nouvelles lois concernant l’adoption, les enfants seront confiés en adoption à l’étranger seulement dans le cas où ni un parent ni un autre citoyen roumain ne voudra l’adopter. « Le changement le plus important, moins aux yeux de l’UE, est l’exclusion des intermédiaires du processus d’adoption.

Les sommes d’argent payées par les adoptants seront versées directement sur le compte du Gouvernement et utilisées, en partie, pour l’amélioration de la situation des orphelinats du pays », a ajouté notre source.

Cliquez ici pour revenir au menu