Cliquez ici pour revenir au menu

ROMANIA LIBERA - 28/09/2002

La Baronne Emma Nicholson:

"Pour la Roumanie, il faudrait qu’il n’existe plus d’adoption internationale"

La Baronne Emma Nicholson, rapporteur du Parlement Européen pour la Roumanie, s’est prononcé hier fermement contre les adoptions internationales, affirmant que le Gouvernement de Bucarest peut répondre « NON » aux pressions des Etats-Unis en ce qui concerne la reprise des adoptions.

« Il est absolument normal que le moratoire sur les adoptions reste en vigueur jusqu’à ce que la Roumanie ait une loi de protection des enfants et des familles », a souligné l’officielle européenne.

Et même après l’apparition de cette loi, « il faudrait qu’il n’y ait plus d’adoption internationale pour la Roumanie » a ajouté la baronne. Pour expliquer cette position, Emma Nicholson a recommandé à l’auditoire du Palais Victoria de reconnaître la pure vérité en ce qui concerne le problème des adoptions internationales, à savoir le fait que « des adultes sans scrupules ont fait de l’argent sur le dos des enfants roumains », « cela a encouragé les pédophiles et les trafiquants d’enfants », « les enfants sont apparus sur Internet ou ont été vendus et achetés par des inconnus ».

« Je ne souhaite pas évoquer les horreurs du passé, mais ceux qui font pression ne savent pas les conséquences que peut avoir la réouverture des adoptions internationales », a conclu la baronne.

Sa seigneurie considère qu’on peut donner aux états qui font pression pour la reprise des adoptions une réponse du genre : «

Vous n’avez pas besoin de respecter la Charte Européenne des Droits de l’Homme, mais nous le devons, alors nous vous suggérons de respecter nos lois, nos coutumes et le fait que nous sommes européens ».

Cliquez ici pour revenir au menu