Cliquez ici pour revenir au menu

Evenimentul Zilei - 27/09/02

Jouant sa carte américaine, le Gouvernement se prépare à "ouvrir" les adoptions internationales

Selon des sources gouvernementales, le gouvernement pourrait ne pas renouveler le moratoire sur les adoptions internationales en raison de pressions américaines et malgré les réserves européennes.

Le moratoire prendra fin le 9 octobre et, sous la pression américaine, de même qu'en provenance de France, d'Espagne et d'Israël, le gouvernement ne souhaite pas le renouveler.

Cette intention sera expliquée aujourd'hui à la Baronne Emma Nicholson, rapporteur pour la Roumanie auprès du parlement Européen, qui a été très impliquée dans les problèmes de la protection de l'enfant.

Emma Nicholson rencontrera aujourd'hui à Bucarest le Groupe de Haut Niveau au sujet des problèmes de l'enfance. Jonathan Scheele, chef de la délégation de la Commission Européenne en Roumanie, a suggéré mercredi le renouvellement du moratoire jusqu'à ce qu'un paquet législatif complet sur la protection de l'enfant soit adopté.

D'un autre côté, selon le "Financial Times", les officiels américains remettraient même en question les chances de la Roumanie d'être admise dans l'OTAN si le moratoire était renouvelé, ceci à la suite de la pression d'un groupe pour les adoptions internationales auprès du Congrès américain.

Les autorités roumaines considèrent que le moratoire n'a pas de sens puisque le système des adoptions et la protection de l'enfant ont été réglementés, et que le paquet législatif a déjà été transmis au Parlement.

Une fois encore, la Roumanie est prise en étau, entre les demandes des Etats-Unis et de l'UE. La Commission Européenne s'oppose aux adoptions internationales, bien que Bucarest insiste sur le fait que l'adoption domestique aura la priorité sur l'adoption internationale.

Le Premier Ministre Adrian Nastase a essayé hier de convaincre Romano Prodi, président de la Commission Européenne, que le moratoire n'est plus nécessaire.

Selon les sources, un compromis a été finalement atteint : la Roumanie prolongera le moratoire jusqu'à ce que le paquet législatif sur la protection de l'enfant soit adopté. La législation sera néanmoins adoptée grâce à une peocédure d'urgence, d'ici au sommet de l'OTAN à Prague en novembre, et le moratoire sera alors levé pour satisfaire les américains.

La décision de suspendre les adoptions internationales fut prise il y a deux ans, suite à des critiques répétées en particulier de la part d'Emma Nicholson qui a accusé plusieurs fois les autorités roumaines d'abus dans leur système d'adoption.

Les seules adoptions internationales qui ont eu lieu après le début du moratoire ont été des cas déjà en cours.

Copyright C 1996-2002 Evenimentul Zilei Online

Cliquez ici pour revenir au menu