Cliquez ici pour revenir au menu

Adevarul - N°3797 - 7 Septembre 2002

Sur les sites Internet, marchandise à vendre:

Un enfant roumain, évalué entre 20.000 et 50.000 dollars

Avant la suspension des adoptions internationales par l’Executif de Bucarest, il a existé des cas dans lesquels les enfants en institution ou abandonnés par leur famille ont été vendus à l’étranger, par l’intermédiaire d’Internet et de quelques organisations spécialisées dans le domaine, à un prix allant de 20 000 à 50 000 dollars.

L’affirmation appartient au Premier Ministre Adrian Nastase, qui a annoncé que le Gouvernement réduira au maximum le nombre d’adoptions internationales, celles-ci n’étant que l’ultime solution aux problèmes des enfants se trouvant dans les institutions de protection, et la décision d’adoption sera prise seulement si cette adoption assure aux enfants des conditions de vie décentes.

« On est parvenu à des cas injustifiés dans lesquels les enfants sont devenus une sorte de marchandise proposée à la vente par différents sites et par l’intermédiaire de certains organismes, sans que l’état puisse intervenir » a déclaré hier le Premier Ministre Nastase.

Il a qualifié de carrément « inacceptable pour les autorités roumaines » le cas récent dans lequel une famille italienne a pénétré dans un orphelinat et a tenté de prendre pour l’adopter un enfant sans le consentement de ceux qui en avaient la charge.

« De tels abus ne peuvent être acceptés » a dit le Chef de l’Executif. »

Valentina Muscalu.

Cliquez ici pour revenir au menu