Cliquez ici pour revenir au menu

Adevàrul N°3720 - 10 juin 2002

Aux temps nouveaux, toujours elles :

Les Fondations qui exportaient des enfants se sont reconverties dans la prévention de l’abandon La Mairie et le Conseil Local du Secteur 3 ont organisé samedi une rencontre pour la recherche de solutions en vue de prévenir l’abandon familial et scolaire.

Quand les participants se sont présentés, la représentante de la Délégation de la Commission Européenne, Mariela Neagu, a eu l’air visiblement irrité.

L’attitude de Madame Neagu avait une raison. Dans l’amphithéatre de l’Hopital « Victor Babes » se trouvaient aussi des membres de certaines fondations accréditées dans le domaine de la protection de l’enfant qui, jusqu’à il y a un an, étaient des intermédiaires pour les adoptions internationales.

"La Direction pour la Protection de l’Enfant du Secteur 3 collabore aussi avec des fondations qui ont envoyé des enfants dans des familles adoptives étrangères.

Certaines d’entre elles ont disparu immédiatement quand elles n’ont plus pu le faire, mais d’autres fonctionnent encore", a déclaré Eugen Plesca, le maire du Secteur 3.

Selon le directeur de la DPC, Florin Vasile, les fondations qui ont changé l’objet de leurs activités sont : "Iulia", "O noua speranta" et "Totul pentru copii".

Les représentants de la Mairie du Secteur 3 affirment que le sort réservé aux petits qui ont été envoyés à l’étranger est encore suivi de près.

Cela montre donc que, après la réorientation de la politique dans le domaine de la protection de l’enfant, les ONG peuvent aussi changer leur champ d’activité.

L.S.

Cliquez ici pour revenir au menu