Cliquez ici pour revenir au menu

MEDIAFAX - 6 juin 2002

Encore plus de 80 dossiers d'adoption internationale vont être débloqués

81 autres dossiers d'adoption internationale d'enfants roumains vont être débloqués, permettant ainsi aux familles adoptives d'obtenir la garde définitive de ces mineurs, ont annoncé mercredi à l'agence MEDIAFAX des sources appartenant au système d'adoption.

Ces 81 dossiers concernent des enfants qui vont être adoptés par des familles étrangères vivant dans de nombreux pays du monde entier (parmi lesquels se trouvent la Grèce, l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne, les Etats-Unis, la Belgique, la France) ou bien par des citoyens roumains établis dans l'un des pays mentionnés.

Le Premier Ministre a approuvé le déblocage des dossiers concernés après que les autorités responsables du domaine ont présenté des raisons pour chaque cas.

Pour respecter la confidentialité des informations, les détails concernant ces dossiers seront communiqués seulement à ceux impliqués dans leur déroulement, c'est-à-dire les agences et les fondations intermédiaires en adoption et les ambassades et consulats des états dans lesquels les enfants partiront ensuite.

Les sources citées ont précisé que la décision de déblocage de ces 81 dossiers a été prise dans l'intérêt supérieur de ces enfants, considérés, selon les lois en vigueur, comme étant en situation exceptionnelle.

La nécessité des déblocages a aussi été ressentie, dans la majorité des cas, par le fait que "des relations d'affection et d'attachement réciproque se sont établies entre les futurs parents adoptifs et les enfants".

Dans certains cas, les futurs parents ont résidé plus de 6 mois en Roumanie, créant ainsi des liens affectifs forts entre les enfants et leur future famille, ont précisé ces mêmes sources.

Dans d'autres situations, l'adoption doit être prononcée en urgence car les enfants approchent de l'âge de leur majorité (18 ans), après lequel elle ne sera plus possible, conformément à la loi.

Dans le même temps, dans certains dossiers débloqués maintenant, il existe des situations dans lesquelles les enfants ont des frères ou des soeurs qui ont déjà été adoptés par les parents.

"Le principe de ne pas séparer les fratries est un principe accepté et recommandé par la législation internationale", précise cette source.

Approximativement 20 cas sont arrivés à une phase avancée de la procédure d'adoption, et la décision de confirmation émise par le Comité Roumain pour les Adoptions est l'ultime étape administrative avant que les dossiers ne soient envoyés aux instances juridiques.

Une fois l'avis reçu pour le déblocage de ces dossiers (conformément à la procédure légale prévue), il reste aux demandes d'adoption à être transmises aux instances juridiques compétentes afin qu'elles soient finalisées.

Le Gouvernement a imposé un moratoire sur les adoptions internationales l'année passée à la suite des critiques internationales en ce qui concerne la façon dont elles étaient réalisées. La décision a déclenché des pressions de la part de certaines autorités étrangères ou d'organisations non-gouvernementales impliquées dans les adoptions, mais aussi de la part des familles étrangères dont les demandes d'adoption d'enfants roumains se trouvaient à différents stades de la procédure.

A la fin de l'année passée, l'Executif a cependant trouvé une solution pour le déblocage de certains dossiers d'adoption internationale, en dépit du moratoire prévu.

La réglementation a rendu possible le déblocage, à la fin de l'année dernière, d'environ 60 dossiers d'adoption internationale. Le Moratoire reste néanmoins en vigueur, le groupe de travail spécialiste du problème des adoptions internationales recommandant même sa prolongation.

Cliquez ici pour revenir au menu