Cliquez ici pour revenir au menu

Evenimentul Zilei Jeudi 8 février 2002

Une petite fille abandonnée dans un ascenseur n'a pas attiré l'attention des occupants d'un immeuble dans la Rue Stéphane Le Grand

Iuliana Anghel
Vendredi 8 février 2002

Lifturica

Une petite fille agée seulement de 3 jours a été trouvée, mercredi matin, abandonnée dans l'ascenseur d'un immeuble situé sur la Chaussée Stéphane Le Grand à Bucarest.

Un des occupants a alarmé les autorités locales, qui ont conduit le bébé à l'Institut de Protection de la Mère et de l'Enfant. La petite fille de trois kilos, que son assistante maternelle a appelée "Lifturica", n'a aucun problème de santé mais va rester à l'hopital jusqu'à ce qu'on trouve sa mère naturelle ou une famille adoptive.

Mercredi matin, autour de 8h30, au Service Operationnel d'Intervention de la Mairie du Secteur 2, on a reçu un appel téléphonique informant du fait que, dans l'ascenseur de l'immeuble 27A de la Chaussée Stéphane Le Grand, un nouveau-né abandonné pleurait.

Les représentants de l'administration locale ont d'abord pensé qu'il pouvait seulement s'agir d'un canular, mais en allant sur place, ils ont découvert que l'information était vraie.

Dans un coin de l'ascenseur de l'immeuble, se trouvait un nouveau-né abandonné de sexe féminin, bien habillé et emmitouflé dans une petite couverture.

La famille qui a appelé au 9852 (le numero de l'équipe d'intervention d'urgence), et qui a désiré rester anonyme, a raconté qu'elle a entendu les pleurs d'un enfant dans la cage d'escalier sans savoir ce qui se passait.

Ces gens ont dit que, au moment où on a découvert le nourrisson, dans l'ascenseur, ils n'ont pas pu croire que quelqu'un ait pu l'abandonner là.

De plus, ils ont déclaré que, ce matin-là, de nombreux voisins avaient emprunté l'ascenseur pour monter et descendre, mais qu'aucun d'eux n'avait informé quiconque de la présence de la petite; ceci en dépit du fait qu'elle a du être laissé là aux premières heures du jour.

"Personne n'a rien fait. Ils ont vu l'enfant mais ils l'ont laissé là", a dit la famille. A la suite de l'information donnée par cette famille, la petite fille abandonnée a été sauvée après de nombreuses heures passées dans l'ascenseur.

L'assistante maternelle de l'hopital l'a appelée "Lifturica"

Les représentants de la Mairie ont pris l'enfant et l'ont menée à l'Institut de Protection de la Mère et de l'Enfant pour lui prodiguer les premiers soins et pratiquer quelques examens.

Les premières investigations ont révélé que la petite fille avait seulement trois jours, qu'elle avait eu une naissance normale, avec un poids de trois kilos, et qu'elle n'avait aucun problème de santé.

"La petite est arrivée chez nous à l'heure du déjeuner. Elle a été envoyée en soins intensifs, pas parce qu'elle avait un problème mais pour qu'elle bénéficie là-bas d'une attention maximale et au cas où son état changerait brutalement, on peut intervenir immédiatement.

Elle mange peu parce qu'elle n'a pas beaucoup de force, mais c'est une jolie petite fille en bonne santé", nous a déclaré Emil Tomescu, le chef du service des soins intensifs.

L'assistante maternelle s'est attachée immédiatement à la petite à laquelle elle a donné le prénom d'Ana-Elena, y compris dans le dossier d'admission.

Avec toute cette histoire, elle la surnomme "Lifturica", pour la distinguer des autres enfants ayant des problèmes sociaux dont elle s'occupe.

"Lifturica" va rester dans l'institution jusqu'à la réapparition de sa mère naturelle (si la police du Secteur 6, qui a pris en charge ce dossier, réussit à l'identifier) ou jusqu'au moment où la Direction de la Protection de l'Enfance du Secteur 2 aura rempli toutes les formalités nécessaires à son adoption ou à son accueil par une assistante maternelle qui s'assurera de son développement et de son éducation.

Le nombre d'enfants abandonnés a augmenté de 30%

Le nombre d'enfants abandonnés à la naissance, à la maternité ou ailleurs, a augmenté de façon alarmante ces derniers temps, nous a déclaré le Docteur Vladimir Petrusca, responsable des problèmes sociaux dans le cadre de l'Institut de Protection de la Mère et de l'Enfant.

"Chaque semaine, on nous amène des enfants abandonnés ou dont la mère n'a plus de quoi subvenir à leur besoin.

On enregistre une véritable avalanche de tels cas", nous a dit le Docteur Petrusca.

Elle ajoute que plus d'un quart des enfants admis à l'institut se trouve dans ce type de situation. L'an passé, l'hopital a reçu plus de 300 enfants en difficulté, dont à peu près 200 étaient abandonnés.

Cette année, le nombre d'enfants abandonnés est encore en croissance. Rien qu'en janvier, par exemple, le nombre d'enfants admis à l'institut est supérieur de 30% à celui du mois de janvier de l'année dernière.

Cliquez ici pour revenir au menu