Cliquez ici pour revenir au menu

Montigny, Le vendredi 30 novembre 2001

Nous avons été reçus par le Secrétaire Général du Gouvernement Roumain, Monsieur le Ministre Serban Mihailescu, délégué par M. Nastase pour sa connaissance approfondie du sujet de la protection de l’enfant.

Cependant, nous ne pouvons pas cacher notre déception concernant cette rencontre.

Comme vous le savez, le but de l’AFAENER est avant tout de défendre l’intérêt de tous les enfants Roumains et par voie de conséquence toutes les familles (membres ou non membres de l’AFAENER), soit environ 350 familles dans les différents stades que nous avions repris dans le cadre de la pétition, c’est à dire :

a) Les familles dont l’enfant est en attente de visa (très peu de cas).
b) Les familles en attente de décision du tribunal, dont l’enfant a été réparti officiellement par le CRA donc avant le 14 décembre 2000; il s’agirait de 9 familles dont la plupart étaient présentes à cet entretien.
c) Les familles ayant déposé leur dossier au CRA par l’intermédiaire de la MAI (c’est à dire la majorité des cas; nous consulterons la MAI pour avoir les chiffres exacts)
d) Les familles souhaitant déposer de nouveaux dossiers à la MAI pour le CRA.

Résumé des propos de Monsieur le Ministre Mihailescu :

Tous les dossiers des familles s’étant vues attribuer un enfant réparti avant le 14 décembre 2000 devraient être finalisés d’ici janvier 2002, ce dont on peut se réjouir.

Comme vous le savez (malheureusement), le CRA a stoppé les adoptions internationales suite au rapport dévastateur de la Baronne Nicholson (avril 2001), pour une durée initialement prévue jusqu’au 21 juin 2002.

L’action en justice d’une ONG roumaine a semble-t-il aggravé les choses, et déclenché la colère de la Baronne, puisque le gouvernement Roumain a du prononcer une ordonnance d’urgence qui à nouveau empêcherait les adoptions internationales jusqu’au 8 octobre 2002.

Dans le souci de répondre aux attentes des familles, le Premier Ministre Roumain, a désigné une commission indépendante du gouvernement pour l’examen au cas par cas des dossiers, dont le CRA a connaissance. Nous n’avons pas pu clarifier la portée exacte de cet examen nous espérons pouvoir vous en dire plus dans les meilleurs délais.

La volonté du gouvernement roumain est claire : réglementer l’adoption internationale pour répondre aux exigences des conventions internationales sur les droits de l’enfant.

Nous avons espoir que le temps de l’élaboration de la réforme, qui est à l’origine de la durée du moratoire (octobre 2002), pourrait être plus court que prévu, et de ce fait permettre une reprise plus rapide des adoptions internationales en Roumanie (Juin 2002 ?).

Cependant, tous ces points n’ont pu être débattus comme l’AFAENER le souhaitait puisque les familles présentes, dont nous comprenons la détermination, ne nous ont pas laissés de temps de parole, contrairement à ce que nous avions convenu, pour défendre les intérêts de tous les enfants roumains et de toutes les familles.

L’AFAENER ne souhaite engager aucune polémique mais bien concentrer, toujours plus, son énergie sur les intérêts des enfants et des nombreuses familles qui veulent adopter en Roumanie.

L'AFAENER,