Cliquez ici pour revenir au menu

 

 

Pour diffusion immédiate aux média

 

Mercredi 21 Novembre 2001, Bucarest, Roumanie

 

 

Aucune adoption internationale en Roumanie (comprendre les cas en cours) ne sera finalisée pour ce Noël !!! Le nombre de cas bloqués d'adoption d'enfants roumains par des familles étrangères est estimé entre 500 et 3500.

 

A l'occasion de l'inauguration du programme ChildNet, qui a eu lieu à l'hôtel Crown Plaza à Bucarest ce matin, j'ai discuté avec Gabi Coman, la secrétaire adjointe de l'Autorité Nationale pour la Protection de l'Enfance et l'Adoption;  ma question était la suivante : “quand sera prise une décision pour autoriser les adoptions internationales en cours à reprendre afin qu'elles puissent se terminer ?" Les nouvelles accablantes données par Mme Coman furent “Cela prendra 3 mois, à partir de cette semaine, à la commission d'examen, récemment mise sur place, pour analyser chaque cas et faire ses observations et ses recommandations" (Le Premier Ministre Nastase a signé l'Ordre lundi dernier de former ce comité composé de 3 membres). Après ces 3 mois, le rapport sera transmis pour avis complémentaire (encore aucune mention de délai) à la Haute Commission (toujours mise en place par le Premier Ministre) qui travaille sur la nouvelle loi pour l'Adoption (cette commission est présidée par la Baronne Nicholson). Le program ChildNet est un partenariat entre les USA et la Roumanie dans le but de réformer le système de protection de l'Enfance, avec une subvention de 15 millions de dollars en provenance de l'USAID.

 

Un autre officiel de l'Autorité Nationale roumaine travaillant pour Mme Coman m'a expliqué qu'ils ne se soucient pas, de leur côté, des réactions officielles américaines (puisque j'en parlais), parce que leurs correspondants américains sont au courant de ceci et que l'Ambassade et le Consulat apportent leur support/leur approbation tacite dans ce domaine; j'ai ensuite parlé avec le Consul Général Jay Thomas Smith qui m'a dit qu'il n'en avait encore rien entendu ou lu, et qu'en aucune façon les officiels américains en Roumanie ou aux Etats-Unis ne veulent que cela se passe de cette façon. Le Consul Général Smith a bien dit que nous pouvions seulement essayer d'influencer la décision mais que le Gouvernement roumain avait tout pouvoir souverain dans ce domaine. Le Consul Général a fait une bonne remarque : si cela prend 3 mois de plus à compter du 19 novembre, alors quel est le but de cette commission s'il y a un tel délai inutile ? Ainsi, si par exemple les 3 premiers cas étudiés sont prêts à repartir, pourquoi devraient-ils attendre 3 mois et plus pour se poursuivre après que la totalité des dossiers aura été examinée ?

 

Personnellement cette nouvelle m'a scandalisé, et quand j'ai demandé pourquoi les enfants doivent rester détenus sans raison quand il n'y a pas de preuve de procédure illégale, on m'a répondu que la décision du Premier Ministre est ce qui compte en premier;  mon opinion, après avoir discuté avec beaucoup de monde en Roumanie depuis mon arrivée samedi dernier, est que   cette extension de la période d'attente a pour seul but d'apaiser la Baronne Nicholson, qui était en visite en Roumanie lundi 19 et mardi 20.      

 

Je n'ai pas pu rencontrer la Baronne Nicholson à Bucarest;  comme je vais devoir augmenter la pression, je suis en train de préparer des rencontres avec des officiels de l'Union Européenne et j'envisage de consulter à ce sujet plusieurs cabinets juridiques de La Haye. Je suis convaincu que la situation actuelle est une violation évidente des droits des enfants et des parents en attente, à la fois selon la Convention des Nations Unies et selon la Convention de la Haye.

 

Il est clair que le Gouvernement roumain est dans la position "faire ou mourir" à cause des directives données par la Baronne Nicholson; je développe en même temps de nouveaux canaux pour une discussion tranquille avec des officiels roumains. J'ai encore un brin d'espoir que des exceptions à ces ordres inflexibles seront néanmoins faites. Le Premier Ministre sera absent du pays pendant 10 jours à partir de demain. Cela signifie que j'ai/nous avons 10 jours pour monter une campagne politique de nature à contrebalancer la position de la Baronne Nicholson. S'il vous plait, apportez votre aide !

 

Je sais que si les enfants ne sont pas à la maison pour Noël, je ne célébrerai pas ces prochains jours de fête, en signe de protestation et d'allégeance à leur cause. Je sais que le Premier Ministre Nastase est un parent et qu'il veut au fond de son cœur aider les enfants; je reste confiant en sa capacité à trouver une façon de ne pas sacrifier les droits des enfants tout en ne mettant pas en danger l'accession de la Roumanie à l'Union Européenne. C'est un effort digne de Salomon !!!

 

 

David B. Livianu, PDG

Partisan des Droits de l'Homme & de l'Adoption

                                American Assistance for Romania

American Assistance for Romania                                                                          1530, East 19th Street, Suite 1H

 (011-4) 093-386-314                                                                                             Brooklyn, NY 1123, USA

faar@canad.ro                                                                                                         718-627-4049   faar@micronetix.net

 

Cliquez ici pour revenir au menu