Cliquez ici pour revenir au menu

American Assistance For Romania

Pour diffusion immédiate à la presse :
Vendredi 2 Novembre 2001, New-York

A l'occasion de la visite du Premier Ministre roumain aux Etats-Unis, j'ai eu l'opportunité de parler brièvement, cette après-midi, à son Excellence Adrian Nastase lors de la cérémonie des dédicaces de son dernier ouvrage "La Bataille pour le Futur". Cette cérémonie a eu lieu à l'Hôtel Waldorf Astoria entre midi et treize heures trente.

A ma question "Quel message pouvons-nous donner aux familles américaines prises au beau milieu de ce moratoire et en cours d'adoption en Roumanie ?" j'ai reçu du PM Nastase la réponse que le Gouvernement roumain autoriserait ces cas déjà en cours à se poursuivre. On nous a fait comprendre qu'il y aurait rapidement (dans quelques jours) une déclaration officielle à ce sujet, peut-être même dès ce soir pendant l'émission de Larry King sur CNN. Je n'ai pas obtenu d'autre précision quant à la définition et aux limites de ce que serait "l'en cours".

J'essaierai d'obtenir ces informations et les rendrai disponibles à tous rapidement.

Je suis conscient du fait qu'il existe 3 groupes principaux de familles en cours d'adoption en Roumanie : des familles qui se sont engagées auprès d'orphelins roumains adoptables à l'international et dont les dossiers sont prêts à passer en commission de premier niveau (départemental); ensuite il y a les familles qui sont déjà passées par ce premier niveau ou par le second (le Comité pour l'Adoption à Bucarest) et enfin les familles qui sont au troisième niveau, c'est-à-dire celles qui ont été entendues par les tribunaux roumains.

Il y a aussi l'autre groupe très spécial des familles qui sont dans une situation encore plus préoccupante : ce sont les familles qui ont accepté d'adopter des orphelins roumains sans qu'il y ait eu de répartition officielle en Roumanie, où l'agence américaine et/ou la fondation roumaine ont mentionné que les orphelins étaient placés en familles d'accueil avec rémunérations versées par les familles adoptives étrangères éventuelles et avec la possibilité que, au bout d'un certain temps, ces enfants puissent devenir adoptables à l'international.

Le ton des déclarations, autant du PM Adrian Nastase que du Secrétaire Général Serban Mihailescu, a été positif et encourageant; Le Secrétaire Général, avec qui j'ai parlé pendant plus de 20 minutes, est monté puis revenu avec des copies, pour moi, du projet de la nouvelle Loi de Protection de l'Enfance et de la proposition de Loi pour l'Adoption.

Il m'a demandé de les relire et de faire toute suggestion ou tout commentaire pour l'amélioration de ces documents; j'ai demandé la permission, et il l'a accepté avec enthousiasme, de diffuser ces 2 documents à d'autres experts juridiques américains de l'Adoption.

Aussi, si quiconque désire une copie de ces deux avant-projets, faites-le moi savoir et je serai plus qu'heureux de vous les envoyer et d'avoir un retour de tous les partisans de la base.

Le Ministre Serban Mihailescu est d'accord avec moi pour dire que le problème principal entre le Gouvernement Roumain et la communauté américaine de l'adoption en général est l'insuffisance d'informations et de mises à jour faites à temps des deux côtés; que le Gouvernement Roumain est tranquillement écarté du processus de post-adoption de ses enfants, même s'il y a constitution de rapports post-adoption, etc.

Il n'était pas conscient, avant d'arriver aux Etats-Unis, du nombre important de familles américaines déçues et prises au piège dans cette situation.

Il a été heureux d'apprendre que les Américains soutiennent la Roumanie et ses enfants. Le Ministre Mihailescu a aussi insisté sur le fait que l'adoption internationale est seulement une partie de la stratégie globale que le Gouvernement Roumain a besoin de développer pour assister et protéger les enfants en détresse et qu'il a donc beaucoup de "pain sur la planche".

Le Ministre Mihailescu a précisé que, dans 3 semaines, un rapport sera terminé et rendu public par une commission spéciale à Bucarest. Il révélera ce qui s'est mal passé et quels sont les remèdes possibles. Il m'a invité à lui rendre visite lorsque je retournerai en Roumanie et à rester en contact avec ses services; peut-être pouvons-nous tous dans les 10 jours qui viennent nous "creuser la cervelle" en liaison avec ces documents de manière à fournir tout éclaircissement utile.

En lisant attentivement les documents dans le métro de Brooklyn, j'ai remarqué qu'il n'y a pas (encore) de description détaillée de comment les nouvelles procédures remplaceront le système de points désormais abandonné. Les fondations roumaines continueront-elles à participer aux adoptions internationales, et quels critères et quelles procédures d'apparentement seront utilisés pour l'attribution d'un enfant (chronologie, correspondance de caractéristiques, etc) ?

Ces rencontres avec le PM Nastase et le SG Mihailescu ont été consignées par la correspondante AP Milena Kaneva, en poste à NY pour Rome, Italie; elle m'a contacté hier, par l'intermédiaire de All God's Children dans l'Oregon (merci!). Encore une fois, je tiens à remercier infiniment le Consul Général de Roumanie à NY, le Dr. Gheorghe Dimitrescu, pour son soutien exceptionnel dans l'organisation et la facilitation de ces deux rencontres que j'ai eues aujourd'hui.

Je vous invite à lui envoyer un mot de remerciement (Consulate General of Romania, 200 East 38 Street, NY, NY 10016). Je souhaite vous remercier tous, les nombreux pétitionnaires, les familles adoptives et les spécialistes de l'adoption aussi, pour votre soutien merveilleux et l'apport d'informations; ce fut pour moi une grande inspiration qui m'a donné la confiance pour parler à des personnages officiels d'un tel haut niveau.

Avec ma plus grande considération pour toute la communauté de l'Adoption,

Salutations,

David B. Livianu, CEO, Human Rights & Adoption Advocate, American Assistance for Romania

Cliquez ici pour revenir au menu